Vous commencez l’année avec un executive coaching ? C’est une opportunité formidable. Comment allez-vous en faire un succès ?

Voici quelques suggestions pour vous tirer le meilleur parti de votre coaching.

Acceptez l’idée

Quel que soit le prescripteur, votre boss, le feedback de vos collaborateurs ou de vos pairs ou votre DRH, dites-vous bien une chose : Aucune entreprise ne paye un executive coaching pour un collaborateur sans potentiel. C’est un investissement couteux en énergie et en budget, et donc une marque de reconnaissance de votre importance pour l’entreprise, prenez-le comme tel !

Par ailleurs, concernant votre carrière et votre impact sur l’entreprise, quoi de plus important que d’investir sur vous ? Peaufiner son savoir-faire par des formations est considéré comme tout-à-fait naturel. Développer votre intelligence émotionnelle, remettre en cause vos réflexes relationnels, infléchir vos attitudes managériales, réfléchir à votre leadership ou votre on-boarding ou tout autre travail sur la personne humaine que vous êtes, fait aussi partie de votre professionnalisation.

Réfléchissez à vos attentes

Votre DRH ou N+1 vous ont probablement suggéré quelques pistes de travail. Toutefois, il s’agit de votre coaching, qu’est-ce que vous en attendez, vous ? Quels sont les lourdeurs, les freins? Qu’est-ce qui vous entrave professionnellement? Qu’aimeriez alléger ? Un temps de réflexion et d’introspection s’impose : une bonne marche vous permettra d’y voir plus clair. Vous pouvez aussi réfléchir à ce que vous n’avez pas envie de partager, à ce que vous essayez immanquablement de ne pas voir et ne pas montrer.  Ou à ces feedbacks répétitifs et qui vous agacent, ce sont de bonnes pistes de départ.

Un point de vue très intéressant est celui de votre conjoint, de vos enfants ou de votre meilleur ami. Très proches de vous, très bienveillants à votre égard, vos proches vous connaissent bien et vous donneront un éclairage très pertinent.

Choisissez votre coach en conscience

Il est probable que vous rencontriez deux coachs pour un entretien dit de « fit », en d’autres termes avec l’objectif flou de sélectionner celui qui vous convient.  Comment allez-vous procéder ? Chaque fois que je pose cette question, je n’obtiens qu’un vague « je ne sais pas encore ».

Ce n’est pas la première fois que vous choisissez un partenaire extérieur, comment procédez-vous d’habitude ? Faites donc votre enquête… Vous pouvez examiner le profil de la personne avec attention, son expérience professionnelle, sa formation de coach. Vous pouvez demander ses sujets de prédilection, quels sont ses clients, quel est le rôle de ses coachés. Autant d’informations qui vous permettront de faire le lien avec votre profil et les situations qui vous préoccupent, et vous donneront l’opportunité de faire un choix plus précis et pertinent. Vous n’êtes pas en train de choisir un ami, mais un partenaire professionnel pour le développement de votre leadership.

Insistez pour commencer et terminer le coaching avec une réunion tripartite

La réunion tripartite de départ et de fin est souvent mal perçue par les coachés qui redoutent d’être jugés, d’entendre des commentaires négatifs… Ce n’est pas l’objet.

La réunion tripartite avec le DRH ou le N+1 est un facteur de succès très important. Il s’agit de s’aligner sur les objectifs de ce projet, et des signes tangibles d’avancement. Ceci permettra d’évaluer les résultats et c’est essentiel, pour vous, en tant que coaché, pour votre coach, et pour l’entreprise qui finance.

Lors de la tripartite, votre N+1 peut aussi évoquer des actions concrètes pour soutenir votre démarche. Conscient de votre volonté d’évoluer, il peut devenir un allié fort.

Prenez ce travail de coaching au sérieux

 Le coaching est un travail et fait partie de votre travail. Ce n’est donc pas la réunion à prévoir une fois que l’agenda est déjà plein, ni celle qu’on annule en cas de pépin. Choisissez un horaire qui vous permettra d’être le plus détendu possible. Suivez le rythme, soyez à l’heure, réalisez les actions tests qui ont été décidées à la dernière séance.

Lorsque vous êtes constamment en retard, lorsque vous annulez la séance au dernier moment, vous réduisez vous-même le temps de travail imparti à ce qui est le plus important pour vous : vous.

Respectez le cadre fixé avec votre coach.

Lâchez-vous!

Le contenu des séances est confidentiel, vous avez choisi un coach professionnel, engagé dans une déontologie forte dont il/elle vous a parlé. Croyez-moi, votre coach n’a aucune envie de scier la branche sur laquelle il est assis : il respecte son engagement de confidentialité. Vous pouvez donc vous livrer en confiance.

La séance de coaching est un espace de sécurité psychologique qui vous est entièrement dédié, c’est souvent le seul moment où vous pouvez vous ouvrir sans aucune crainte d’être jugé. Alors saisissez cette opportunité, exposez-vous. Votre vulnérabilité est un atout clé dans ce travail.

Si la confiance n’est pas là, abordez ce sujet avec votre coach et votre DRH.

Partagez votre expérience de coaching

S’engager dans un coaching, c’est se lancer dans un travail sur soi-même, c’est courageux et reconnu comme tel.

Parler de votre coaching et de certains de vos objectifs peut être un excellent moyen d’obtenir du soutien et du feedback. Vous n’avez pas à vous étendre sur le contenu, par contre, indiquer que vous travaillez actuellement sur votre façon de travailler en équipe ou sur votre impact dans le comité de direction, par exemple, peut sensibiliser votre entourage de façon constructive.

Prenez le temps d’évaluer vos résultats

Un autre point clé pour réussir votre coaching est de vous assurer de votre avancement sur le chemin de vos objectifs. A mi-parcours de votre coaching, réalisez une évaluation concrete de l’avancement de votre projet : Observez des situations réelles et récentes. quels sont les signes favorables ? Qu’est-ce qui pourrait avancer plus ? Ce sont des indications importantes à partager avec votre coach, pour maintenir la direction, se recentrer sur l’objectif ou ajuster votre but.

Votre coaching vous a changé !

A la fin de votre coaching, identifiez vos résultats, formulez-les et parlez-en.

Votre expérience professionnelle vous a déjà montré que votre image ne change pas en un jour. Partager vos résultats vous permettra d’accélérer la prise de conscience de votre entourage mais aussi d’obtenir éventuellement un avis contradictoire ou plus nuancé, vous montrant le chemin à continuer à parcourir. Rome ne s’est pas fait en un jour. Le coaching vous a permis de lancer un process de réflexion et d’inflexion, le travail va se poursuivre encore après la fin de votre partenariat avec votre coach.

La machine est en marche …

A un moment, la relation de coaching s’arrête, chacun reprend sa route. C’est un moment crucial pour vous. Qu’avez-vous appris ? Qu’allez-vous mettre en œuvre pour maintenir les résultats, poursuivre vos investigations ? Quelles méthodologies, quels nouveaux réflexes voulez-vous garder à tout prix ? Prenez note de vos trouvailles et consultez-les régulièrement. Et appelez votre coach quand vous en avez besoin.

Bravo pour cette démarche de coaching, profitez-en !

C’est un luxe immense de se concentrer sur soi pendant quelques temps avec un professionnel qualifié et expérimenté, qui saura vous guider dans cette investigation et ce travail sur un sujet passionnant : VOUS !

Ecrit par Stéphanie Daudier.

The Inspiration Lab s’inscrit dans la démarche déontologique de ICF, International Coaching Federation

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre newsletter afin de rejoindre notre communauté et recevoir du contenu correspondant à vos attentes.

Votre demande d'abonnement a été enregistrée. Vous devez vérifier votre boite mail pour confirmer votre abonnement.